Partenaires

IKER UMR 5478
CNRS
Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3 Université de Pau et des Pays de l'Adour


Rechercher

Sur ce site


Accueil du site > Bases de données > TSABL > Towards a Syntactic Atlas of the Basque

Présentation

Projet attribué par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR)

Appels à Projets « Corpus et Outils de la Recherche en Sciences Humaines et Sociales 2007 »

Financement : 120000 euros

Période : 2007-2011

Porteur du Projet : Ricardo Etxepare (CNRS, UMR5478)

 Résumé du projet

L’étude de la variation syntaxique à travers les dialectes d’une langue peut avoir plusieurs objectifs. Ainsi, si le but de la dialectologie traditionnelle est d’explorer la distribution géographique des variables syntaxiques, ces variations à base géographique peuvent également servir d’appui à des investigations sur le changement linguistique et l’histoire de la langue. Plus récemment, la portée des recherches sur les micro-variations syntaxiques a été étendue, de telle sorte que ces travaux ont une perspective englobant l’étude des propriétés universelles du langage, car ils contribuent à la compréhension de l’importance, de la portée et de la localisation de la variation syntaxique au sein du système linguistique. Ce récent développement traduit l’intérêt des approches génératives et typologiques pour ce type de questions.

Le présent projet a pour but d’initier une étude systématique de la variation dialectale et sociolinguistique du basque en se focalisant sur les variétés nord orientales, parlées en France. Ses résultats se concrétiseront dans un atlas syntaxique qui rendra disponible pour la communauté scientifique l’accès à un ensemble de structures morphosyntaxiques significatives en y associant leur distribution géographique. Pour autant, l’objectif principal de ce projet ne réside pas dans l’élaboration d’un atlas pour lui-même, mais à traiter pour la première fois dans les études linguistiques basques, d’une part, de la portée et la nature de la variation syntaxique dans les zones où le basque est parlé, d’autre part, des problèmes soulevés par le recueil, l’analyse et la classification des données morphosyntaxiques. Le projet tiendra compte de deux dimensions de base : la première horizontale et diatopique, correspondant à la variation locale et régionale décrite dans les études philologiques et linguistiques traditionnelles ; la seconde diastratique, liée aux variables sociolinguistiques telles que l’âge et l’environnement linguistique. Il visera les variables linguistiques qui sont centrales, robustes et typologiquement pertinentes, de manière à permettre la comparaison avec les autres variétés du basque, ainsi que des généralisations plus larges avec le support des études de linguistique théorique et les recherches comparatives. Pour la première fois, un travail de terrain à orientation dialectologique inclura les jeunes locuteurs, et nous permettra de déterminer la profondeur et la direction dans laquelle évolue actuellement la syntaxe du basque et le poids relatif des différentes situations de contact des langues dans ces processus. Ainsi le projet ouvrira une voie nouvelle dans les études linguistiques basques, qui ont négligé jusqu’ici cette aspect, malgré sa très grande importance.

Le projet sera réalisé dans une vingtaine de localités de la zone bascophone située en France (dialectes nord-orientaux) en ayant recours à quatre informateurs pour chacune d’elles. Chaque enquête auprès de ces témoins rassemblera les données relatives à 21 variables préalablement sélectionnées. Celles-ci seront basées sur une dizaine de catégories de base appartenant à des aspects fondamentaux de la structure de la phrase et de la théorie syntaxique : Cas et accord, restrictions modo-personnelles, constructions génitives, périphrases aspectuelles et modales, stratégies de réflexivisation, pronoms indéfinis tels que les pronoms de polarité et les pronoms à choix libre ou concessifs.

L’un des résultats concrets de ce projet sera une base de données informatique accessible en ligne, où seront présentés les diverses réalisations structurales des variables étudiées avec leur distribution géographique. Le but d’une telle base de données est d’encourager les investigations contrastives sur les variables syntaxiques étudiées, en rendant disponible à tous les chercheurs spécialistes de syntaxe, et notamment de syntaxe du basque, les résultats du projet.

 Membres du projet

  • Urtzi Etxeberria (IKER UMR5478, CR CNRS),
  • Bernard Oyharçabal (IKER UMR5478, DR CNRS),
  • Jean-Philippe Talec (IKER UMR5478, IE CNRS),
  • Charles Videgain (IKER UMR5478, PR UPPA),
  • Larraitz Uria (IKER UMR5478, IE CNRS),
  • Gotzon Santander (IKER UMR5478, IE CNRS),
  • Beatriz Fernandez (Université du Pays Basque, EC Faculté de Linguistique),
  • Patxi Goenaga (Université du Pays Basque, EC Faculté de Linguistique),
  • Arantza Diaz de Ilarraza (Groupe de recherche IXA, Université du Pays Basque, EC Faculté d’Informatique),
  • Izaskun Aldezabal (Groupe de recherche IXA, Université du Pays Basque, EC Faculté d’Informatique),
  • Maia Duguine (Université du Pays Basque, doctorant Faculté de Linguistique),
  • Aritz Irurtzun (Université du Pays Basque, EC Faculté de Linguistique).

 Contact

r.etxepare@iker.cnrs.fr

 Pages web du projet

Liste des documents : http://www.iker.cnrs.fr/towards-a-syntactic-atlas-of-the.html

Mots-clés

linguistique, programme de recherche, syntaxique atlas