Partenaires

IKER UMR 5478
CNRS
Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3 Université de Pau et des Pays de l'Adour


Rechercher

Sur ce site


Accueil du site > Actualités > Journée d’étude internationale. Minorité linguistique

vendredi 25 novembre 2016

Journée d’étude internationale. Minorité linguistique

Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, salle n° 2

Depuis la fin des années 1960, la notion de "minorité linguistique" s’est développée en Europe et de par le monde pour devenir une des notions significatives s’appliquant au champ des langues en situation minoritaire. Elle a été aussi bien employée seule qu’associée à d’autres notions perçues comme étant proches ou liées : "langue minoritaire", "langue régionale", "langue de minorité nationale",... En Europe, bien que son utilisation en Italie (minoranza linguistica) semble équivaloir aux emplois de certaines notions employées dans d’autres pays (langue régionale, langue minoritaire, langue nationale, langue ethnique, ...), nous nous demanderons si elle est aussi consacrée dans ce pays et parfois ailleurs (Canada par exemple) que celle de "langue régionale" (abordée au cours de nos deux journées d’étude des 05/06/2015 et 29/01/2016) en France, ou que celle de "langue propre" en Espagne.

Quoi qu’il en soit, nous aborderons l’emploi de la notion de "minorité linguistique" à travers sa formulation intrinsèque dans plusieurs langues (linguistic minority, minoría lingüística, sprachliche Minderheiten, языковое меньшинство, ...) mais aussi à travers d’autres locutions telles que celle de "langue de minorité nationale", utilisée dans plusieurs pays d’Europe de l’Est et en Russie (язык национального меньшинства), d’ailleurs marquée par une double saillance avec la présence, successivement, des deux substantifs, "langue" en tête, et "minorité" ensuite. Cette journée aura également pour objectif de mettre en relation le lien entre le substantif "minorité" et celui de langue, adjectivé (minorité linguistique) ou substantivé (langue de minorité nationale) avec les prises en compte notamment sociolinguistique et juridique des langues concernées en Europe au sens large et en tentant la comparaison au-delà, en particulier avec le Canada.

Sans oublier le lien entre "minorité linguistique" et "langue minoritaire", cette dernière, identifiée comme macro-notion, où la minorité est évoquée pour qualifier la langue, avec une prégnance du référent "langue", ne sera toutefois pas abordée comme telle ici. Rappelons qu’à travers ce type de formulation, la place centrale du référent "langue" a déjà été approchée autour de la notion de "langue régionale" et le sera plus tard autour de celle de "langue propre". Nous nous attacherons ici à une investigation du champ couvert, à divers degrés, par une déclinaison de notions concernant, d’une part, des langues certes en situation minoritaire et, d’autre part, les groupes d’appartenance associés à ces langues.

Programme

Programme : http://www.iker.cnrs.fr/IMG/pdf/Prepa_JourMinorLing_251116.pdf