Partenaires

IKER UMR 5478
CNRS
Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3 Université de Pau et des Pays de l'Adour


Rechercher

Sur ce site


Accueil du site > Projets en cours > SACAZE > Traitement des documents SACAZE (1887) et fragmentation dialectale en domaine basque

Traitement des documents SACAZE (1887) et fragmentation dialectale en domaine basque

Le projet est la première étape d’un programme de travail qui pourra se prolonger durant les années suivantes par un traitement cartographique informatisé des données recueillies et organisées grâce au projet présenté.

Le nom de Sacaze donné dans le titre du projet est le patronyme de Julien Sacaze, avocat et érudit pyrénéen né à Saint-Gaudens (1847-1889) qui eut l’heureuse idée de présenter à Toulouse lors de exposition nationale de 1887 un échantillon représentatif des parlers vernaculaires dans les Pyrénées.

Dans la lignée des grandes collectes linguistiques du 19ème siècle, après les Coquebert de Montbret ou Louis-Lucien Bonaparte, Sacaze adressa à tous les instituteurs des Pyrénées-Atlantiques (alors Basses-Pyrénées), Hautes-Pyrénées, Gers, Haute-Garonne, Ariège, Aude, Pyrénées-Orientales, le texte français de deux courts récits mythologiques, à charge pour chaque instituteur de fournir une traduction dans le parler vernaculaire de chaque commune concernée. La collecte fut énorme : 35 volumes réunissant 14000 feuillets déposés à la Bibliothèque Municipale de Toulouse. De plus les instituteurs ont fourni des données toponymiques sur chaque commune, le plus souvent avec une carte inédite.

Cet immense corpus n’a guère été exploité à part quelques travaux de J. Allières ou J. Ensergueix. Certes, fourni par un très grand nombre de collaborateurs non spécialistes, il n’est pas parfait, il est écrit (de nos jours on procéderait à une collecte orale de préférence) mais la densité des mailles du réseau est telle (des centaines d’enquêtes) que peu d’objets linguistiques endémiques échappent au corpus.

Nous parlons par expérience, puisque nous (Ch. Videgain et G. Aurrekoetxea) avons déjà réalisé trois ouvrages à partir du corpus Bourciez qui lui aussi reposait sur la traduction d’un autre texte dans tous les parlers de l’Académie de Bordeaux en 1895, soit sensiblement à la même époque.

Ce projet concerne 150 communes, celles bascophones et la saisie du corpus de ces communes. Il constitue cependant une base très suffisante pour étudier la fragmentation dialectale de la langue basque en fin du 19ème siècle. Cette fragmentation examinera selon la division habituelle en linguistique, le lexique, la morphonologie, la phonétique à partir des objets offerts par ces textes fermés dont on peut penser qu’ils donneront cependant matière à 300 cartes environ avec chacune son responsaire. Outre ces cartes individuelles, l’étape ultérieure utilisera les ressources de la dialectométrie. L’orthographe à laquelle ont recouru les instituteurs sera étudiée comme un jalon des problèmes d’orthographe que peut connaître une langue qui n’est pas encore équipée comme langue standard. Enfin les données toponymiques feront l’objet d’un index, avant confrontation avec les données des communes voisines pyrénéennes.

Ce projet se situe comme un maillon dans la mise en valeur des langues patrimoniales dans les Pyrénées en mettant à disposition du public cultivé et des spécialistes des documents dont le volume a sans doute fait reculer la mise en publication mais dont il est dommage que la richesse soit ainsi tenue sous le boisseau. La collection Sacaze représente un vaste champ de recherches pour les prochaines années sur tout le versant nord des Pyrénées prix au sens large de Hendaye à Collioure en passant par Lectoure et Carcassonne. Le projet ici présenté propose le lancement de ce programme sur un espace plus réduit mais caractéristique, celui de la langue basque.

Le projet a pour but d’ordonner les données du corpus, de les saisir et les rendre consultables sur papier puis sur internet, et d’en proposer une interprétation géolinguistique par des cartes dialectales (un objet linguistique = une carte dialectale).

Responsables du projet

  • Ch. Videgain (IKER UMR5478, PR UPPA),
  • G. Aurrekoetxea (UPV/EHU).